Les hôpitaux à Montpellier

test

Pendant la guerre, la France est divisée en régions militaires. Dans chaque région, des bâtiments sont réquisitionnés pour accueillir les blessés et convalescents en complément des hôpitaux permanents. L’organisation prévue compte l’installation de 300 000 lits. Cependant, l’occupation de certaines régions occasionne des pertes de lits. Le nombre et l’organisation des hôpitaux évoluent en permanence pendant les quatre années de conflit.

Montpellier, rattachée à la XVIème région militaire, fait partie des villes de la zone de l’intérieur. On distingue plusieurs catégories d’hôpitaux temporaires en plus de l’hôpital général et de l’hôpital suburbain :

  • des hôpitaux complémentaires : installés dans des hôpitaux civils en temps de paix, ou dans des locaux publics (écoles, lycées, casernes…) mis sous administration militaire. Leur gestion est assurée par la direction du service de santé de leur région
  • des hôpitaux auxiliaires : leur administration est déléguée à l’une des trois sociétés de la Croix rouge (Société de Secours aux Blessés Militaires, Union des Femmes Françaises, Association des Dames Françaises).
  • des hôpitaux bénévoles : d’initiative privée, ils sont administrés par la municipalité, des associations ou des particuliers.

[layerslider id= »7″]