L’état des lieux

En 1914, Montpellier abrite l’une des huit facultés de médecine de France. Parallèlement, il existe des écoles de médecine, préparatoires ou de plein exercice. Les écoles préparatoires assurent les 3 premières années, les écoles de plein exercice les 4 années d’études mais les étudiants doivent soutenir leur thèse dans une faculté.

Après l’obtention d’un certificat d’études Physiques, Chimiques et Naturelles (PCN) délivrée par la Faculté de sciences à l’issue d’une année d’études, les étudiants sont admis à la Faculté de médecine pour une scolarité de 4 ans. Au cours de leurs études, ils peuvent passer le concours de l’Externat, leur permettant d’exercer des fonctions hospitalières pendant 2 ans. Les externes peuvent ensuite passer le concours de l’Internat dont le nombre de places est très limité (4 en 1913). Après 16 inscriptions trimestrielles, la validation de stages hospitaliers et la réussite aux épreuves du 5ème examen, ils peuvent soutenir leur thèse. La réforme de 1909 modifiée par le décret du 29 novembre 1911 fait passer la durée d’études à 5 ans. Les deux régimes coexistent en 1914.

Le rayonnement de la Faculté de Montpellier est important et elle attire de nombreux étudiants français et étrangers. Pour l’année 1913-1914, la faculté compte 813 inscriptions.

[layerslider id= »2″]